blog

Idées reçues VDI

Si la vente à domicile attire de plus en plus de monde, certaines idées reçues persistent et viennent semer le doute dans la tête des futurs VDI. Pour mieux leur tordre le cou, passons en revue tous les préjugés qui vous empêche de vous lancer ...

 

1. J’ai un tout petit réseau, je ne sais pas à qui m’adresser.

Rassurez-vous, n’avoir qu’un petit groupe d’amis n’est pas du tout un problème lorsque vous  vous lancez, cela peut même vous aider à prendre de bonnes habitudes. En effet, compter uniquement sur ses connaissances n’est pas forcément une bonne idée si vous souhaitez vendre vos produits à long terme.

Passé les premières réunions, les occasions de vendre à ses amis s’amenuisent et il devient indispensable d’approcher de nouvelles personnes. Heureusement, il y a plein de techniques pour cela !  

Vous prendrez rapidement cette habitude et vous apprécierez d’autant plus le fait de rencontrer de nouvelles personnes. Par ailleurs, le fait d’avoir peu de contacts vous motivera davantage à parler de votre activité à des inconnus et à mettre en avant vos atouts.

 

2. Je n’ai pas d'expérience dans la vente, je n’y arriverai jamais.

Sachez que vous êtes loin d’être seul dans ce cas. Les vendeurs de métiers sont très rares dans la vente à domicile et pourtant le secteur se porte merveilleusement bien !

Être un bon vendeur ne nécessite pas forcément d’avoir de l’expérience ou un diplôme. C’est avant tout une histoire de passion et de qualités humaines. Si vous aimez les produits que vous vendez et leur univers, si vous appréciez le contact, si vous faites confiance à votre entreprise de VDI et que vous partagez ses valeurs, vous avez déjà toutes les clés pour réussir.  

Enfin, sachez qu’on ne vous laisse jamais seul dans le grand bain. La plupart des sociétés de vente à domicile proposent un parcours de formation ainsi qu’un encadrement par des conseillères expérimentées qui vous aideront à prendre confiance et vous partageront leurs astuces.

 

3. Je suis plutôt introverti, ce n’est pas compatible avec ce métier.

Bonne nouvelle : la timidité est loin d’être une fatalité ! Gagner en confiance est quelque chose qui s’apprend avec le temps et le métier de VDI peut vous aider à progresser dans ce sens.

Voyez cela comme un challenge personnel qui vous aidera à sortir de votre zone de confort et à vous dépasser. Vous vous découvrirez sûrement des talents insoupçonnés !   

Enfin, rassurez-vous, les ventes à domicile se font la plupart du temps dans des cercles restreints et dans une ambiance conviviale et bienveillante.

N’ayez pas peur du jugement, restez zen et ne vous mettez surtout pas la pression. Tout ira bien !

 

4. Je manque de temps pour ce travail.

L’un des gros avantages du métier de VDI est sa flexibilité. Temps plein ou temps partiel, c’est vous qui décidez de votre rythme et ce dernier peut très bien évoluer selon vos disponibilités et vos objectifs. L’essentiel est de savoir s’organiser pour être efficace et ne pas s’éparpiller inutilement. Ça aussi ça s’apprend !

 

5. La vente à domicile c’est passé de mode …

Encore une idée reçue ! La vente à domicile est, bien au contraire, un secteur en plein essor.

Un temps considérée comme vieillotte, associée aux réunions tupperwares de nos grands-mères, elle connaît aujourd’hui une nouvelle jeunesse et s’inscrit même au coeur des tendances. Les nombreuses émissions et articles sur le sujet en sont la preuve.

De plus, à l’heure du e-commerce, c’est un excellent moyen de recréer du lien et d’aborder différemment la consommation, en replaçant l’humain au coeur des échanges. Et puis reconnaissez qu’il est bien plus agréable d’essayer les produits chez soi, sans stress et entouré de ses amis !

 

6. J’ai peur d’avoir la pression.

Pas de panique ! Dans la vente à domicile, la seule personne à pouvoir vous mettre la pression, c’est vous ! Rappelez-vous bien que dans VDI il y a “indépendant” ce qui veut dire que vous êtes votre propre patron et que personne ne viendra vous remonter les bretelles si vous n’avez pas atteint vos objectifs. Vous progresserez à votre rythme, selon vos besoins et votre motivation du moment ; alors no stress ;)

 

7. Je ne suis pas spécialiste des produits vendus.

Dites-vous qu’il faut bien commencer un jour et qu’il est tout à fait normal de ne pas connaître par coeur tous vos produits au début. L’essentiel est d’apprécier leur univers et de partager les valeurs de la marque.

N’oubliez pas que la société de vente directe avec laquelle vous travaillez sera là pour vous former, notamment pour vous rendre incollable sur les best sellers du catalogue. Le reste de vos connaissances s'affinera ensuite, au fil de vos expériences. Vous serez étonné de voir à quel point on apprend vite quand on est passionné.

 

8. J’ai peur que ce soit mal perçu par mon entourage.

Vous avez peur que vos proches désapprouvent votre choix ? Tous les préjugés que l’on vient d’énumérer n’y sont sans doute pas pour rien… Pour certains, la vente à domicile est une filière “parallèle” encore assez méconnue. Bonne nouvelle, vous avez maintenant tous les arguments pour leur faire changer d’avis sur le métier et peut-être même susciter de nouvelles vocations !

Enfin, dites-vous bien que l’essentiel pour vos proches est de vous voir épanoui. Donc si vous lancer dans la vente directe vous rend heureux, suivez votre coeur et foncez !

On ne parle jamais assez du poids des mots dans la vente à domicile. Votre langage et votre discours, très révélateurs pour vos interlocuteurs, jouent pourtant un rôle essentiel dans votre réussite. Voici quelques clés pour vous aider dans vos échanges...

 

Se mettre à la place de son interlocuteur

Lorsque vous échangez avec des hôte(sse)s ou client(e)s potentiels, demandez-vous toujours si vos propos transmettent votre volonté d’aider et d’apporter une solution à votre interlocuteur ou s’ils reflètent simplement votre intérêt personnel. Votre discours doit impérativement tenir compte des besoins de vos prospects, et ne pas se résumer à un argumentaire pré-formaté et visiblement intéressé. Dites-vous toujours que votre langage en dit long sur vos intentions et que les mots que vous employez ont un pouvoir extraordinaire sur la décision finale de vos interlocuteurs...

Imaginons que vous cherchiez à convaincre l’une des invitées d’une réunion que vous animez, d’en organiser une à son tour, dans son propre domicile. Si vous lui posez une question fermée du type “Souhaitez-vous que nous organisions ensemble une réunion avec vos amis à votre domicile ?”, il est fort probable que votre question reste sans réponse immédiate, voire que vous obteniez un refus. Cela s’explique par le fait que votre message n’induit pas le bénéfice que cette personne pourra en tirer. Ici la question ne reflète que votre propre intérêt. Vous devez pourtant tenir compte de nombreux paramètres comme la satisfaction des besoins et des envies de votre interlocutrice, mais aussi ses interrogations, voire ses craintes.

 

Instaurer un climat de confiance

Vous savez sûrement que le fait de poser des questions est une très bonne chose pour lancer une discussion. Cependant, savez-vous quel type de question aura le meilleur impact ? Si vous vous contentez de rester centré sur vos produits et votre objectif de vente, avec des questions du type “ connaissez-vous ces produits ?” , “avez-vous déjà participé à une réunion de vente à domicile ? ”, vous semblerez avant tout être dans une logique de vente et donc purement intéressé.

Pour gagner la confiance de vos prospects, commencez par vraiment vous intéresser à eux, sans amener trop vite la question des produits ou du recrutement. Souvenez-vous qu’une part majeure de votre travail consiste à créer des liens sincères et des relations de qualité qui pourront s’installer dans la durée.

Dans cette même logique, rappelez-vous que les invités ne sont pas venus uniquement pour découvrir vos produits. Pour eux, c’est aussi une belle occasion de se retrouver entre amis et de passer un moment convivial tout en bénéficiant de conseils ultra personnalisés. Sans vous effacer, veillez à ne pas occuper tout l’espace et à leur laisser le temps d’échanger avec l’hôtesse et les autres invités. Il est essentiel que chacun prenne ses marques et se sente à l’aise et libre de s’exprimer. Faites preuve d’empathie et prenez part aux conversations de manière sincère, c’est le meilleur moyen de créer un climat de confiance qui vous sera très favorable par la suite.

 

Rester sincère jusqu’au bout !

Pour une approche vraiment sincère, soyez dans une écoute active :  prenez des notes si nécessaire, reformulez les besoins ou les problématiques de vos interlocuteurs et rebondissez sur de nouvelles questions pour aller un peu plus loin encore dans la connaissance de ces derniers. Ils se sentiront ainsi plus valorisés et vous n’en serez que plus efficace par la suite.

Au-delà des mots, votre attitude a elle aussi un rôle à jouer. Cette dernière doit être en accord avec vos propos. Ainsi le ton de votre voix tout comme votre langage corporel doit être en harmonie avec le message que vous cherchez à transmettre. Poser les bonnes questions est une chose, mais savoir les écouter avec intérêt en est une autre, et c’est tout aussi important !  

En résumé, intéressez-vous réellement à vos prospects et prenez le temps d’apprendre à les connaître en toute sincérité. C’est tout simple et ça fait la différence !

 

Souvent redoutée, la prospection téléphonique s’avère pourtant très utile dans le développement d’une activité de VDI. En vous préparant suffisamment en amont et en ayant la bonne méthodologie vous verrez que c’est loin d’être si compliqué.

Découvrez nos conseils pour vous lancer sereinement !  

 

1 - Définir votre objectif

 

Pour une prospection réussie, commencez par définir un objectif clair et tenez-vous-en à cet unique objectif. Il est essentiel de savoir quel but vous souhaitez atteindre, au risque de vous éparpiller et de finalement vous décourager. Pour gagner du temps et être efficace, veillez bien à ne viser qu’un seul objectif par session d’appels.

 

Si dans la plupart des cas l’objectif sera de décrocher des rendez-vous, vous pouvez aussi vous concentrer sur l’obtention de parrainages, la confirmation de rendez-vous, le renouvellement de certaines commandes (si l’activité s’y prête), la qualification des prospects ou encore la collecte de coordonnées…

 

2 - Avoir le bon environnement de travail

 

Travailler depuis son domicile implique souvent de conjuguer vie professionnelle et vie privée. Si cela a beaucoup d’avantages, cela nécessite aussi d’avoir une certaine organisation pour bénéficier d’un environnement propice au travail. Il est donc essentiel de cloisonner cet espace dans une pièce calme ou dans un petit coin dédié, d’autant plus lorsque vous devez prospecter par téléphone.

 

Sachez aussi que même si votre interlocuteur ne le voit pas, vous vous sentirez plus à l’aise et concentré dans un environnement adapté. En effet, votre assurance et votre confiance en vous conditionnent en grande partie la réussite de votre prospection.

De même, pensez à toujours sourire lorsque vous lancez vos appels. Ce sourire se ressent au téléphone et vous permettra de dégager plus d’enthousiasme et de sympathie auprès de vos interlocuteurs.

 

3 - Préparer sa liste en amont

 

Avant de commencer, n’oubliez pas d’établir la liste de toutes les personnes que vous devez appeler. Il est bien plus efficace de tout préparer en amont plutôt que de chercher vos contacts au fur et à mesure. Selon l’objectif défini préalablement, les personnes que vous allez contacter peuvent être :

 

  •  des clients(es)
  • des hôtes(esses)
  • des personnes rencontrées lors de précédentes réunions.
  • des personnes dont on vous a transmis les coordonnées, mais que vous n’avez encore jamais appelé.

 Pour chaque personne que vous allez contacter, essayez de préparer des fiches individuelles (sur ordinateur ou papier selon vos préférences). Notez-y un maximum d’informations obtenues lors de vos échanges, telles que les coordonnées, l’origine du contact, les commandes passées, la date de votre première prise de contact / première rencontre, et toutes les informations personnelles qui vous seront fournies (profession, centres d’intérêt, enfants…).

 

Il faut que vous soyez prêt(e) à prendre des notes lorsque vous commencez vos appels. Ces dernières viendront compléter toutes les informations dont vous disposez déjà.  Et même si votre appel ne débouche pas sur un rendez-vous (ou n’atteint pas votre objectif), il vous aura au moins permis d’approfondir votre connaissance du prospect et d’affiner votre approche si vous avez de nouveaux échanges.

 

4 - Soigner votre argumentaire

 

Pour être à l’aise et ne rien oublier lors de vos appels, pensez toujours à préparer un argumentaire écrit en amont. Ce dernier donnera un fil conducteur à votre entretien. Attention cependant à ne pas réciter votre texte, car c’est souvent rédhibitoire pour les prospects. Vous devez être le plus naturel possible et cela implique de personnaliser votre approche selon l’interlocuteur que vous avez au bout du fil.

 

Cet argumentaire pourra par exemple s’appuyer sur un premier contact que vous avez eu en amont (une communication par email, un échange sur un réseau social ou encore l’envoi d’un catalogue…). C’est un très bon moyen d’entrée en matière.

 

Vous pourrez ensuite présenter un ou plusieurs avantages à votre interlocuteur pour qu’il comprenne le plus simplement possible l’objet de votre appel et quel intérêt il a à vous écouter. Veillez à bien adapter votre discours selon votre objectif et le profil de votre interlocuteur pour mettre en avant les avantages qui pourraient l’intéresser et retenir son attention : la découverte d’un produit exclusif, d’une nouveauté, une promotion ou encore la réponse à un problème qu’il peut rencontrer.

 

Quelques conseils pour mieux maîtriser votre entretien :

 

N’oubliez pas de rester à l’écoute de votre interlocuteur et de le laisser parler. Soyez bien attentif à comment il réagit et si vous avez l’impression de le déranger, proposez-lui de le rappeler plus tard.

 

Préférez les questions ouvertes plutôt que fermées (dont les réponses ne peuvent être que oui ou non). Elles vous permettront de relancer plus facilement la discussion et d’avoir un avis plus précis. Vous pourrez alors reformuler les réponses obtenues pour approfondir le sujet.

 

Prenez note de toutes les objections ainsi que des réponses que vous y avez donné. Elles vous permettront d’enrichir vos arguments par la suite.

 

Restez attentif aux signaux positifs et notez-les. Il s’agit là de tous les propos qui prouvent que votre interlocuteur se projette et peut être intéressé par ce que vous lui proposez (il pose de questions ou utilise le futur par exemple).

 

5 - Persévérer

 

Lorsque vous vous lancez dans la prospection téléphonique, gardez à l’esprit que vous ne décrocherez pas un rendez-vous à chaque appel et qu’il va falloir persévérer. Ne jetez pas l’éponge si vous essuyez plusieurs refus. C’est tout à fait normal et statistiquement, à moins d’être très chanceux, vous devriez avoir plus de réponses négatives que positives.

Gardez le sourire et ne lâchez rien, la ténacité paye toujours !

Vous vous apprêtez à devenir Vendeur à domicile Indépendant (ou VDI pour les intimes) mais vous manquez d’informations sur ce statut ?
Bonne nouvelle, on vous explique tout dans cet article !

Qu’est-ce que le statut de VDI ?

Rattachés au régime général de la Sécurité sociale, les Vendeurs à Domicile Indépendants bénéficient des mêmes droits sociaux que les salariés.

Pourtant, les différences avec le statut des salariés sont nombreuses, à commencer par l’absence de lien de subordination entre le VDI et l’entreprise pour laquelle il travaille.

Le VDI peut d’ailleurs cumuler plusieurs contrats avec différentes entreprises de VDI s’il le souhaite.

Quand vous êtes VDI vous êtes votre propre patron et vous seule prenez les décisions quant à votre organisation. Vous pouvez choisir d’exercer votre activité à temps partiel ou à temps complet selon vos besoins et rien n’est figé dans le temps.

De même, vous n’avez ni horaires ni objectifs imposés et avancez en parfaite autonomie. Ainsi, votre rémunération dépend uniquement de votre niveau d’implication personnel.

Notez aussi que le statut de VDI peut tout à fait se cumuler avec une activité salariée, afin d’avoir un complément de revenu (à moins que le contrat de travail salarié ne l'interdise).

Sachez enfin que vous pouvez démarrer une activité de VDI en étant demandeur d’emploi et continuer, sous conditions, à percevoir vos allocations d’aide au retour à l’emploi. De cette manière, vous pouvez vous lancer sans risque et bénéficier d’une adaptation en douceur.

 

Les différents types de contrat VDI

Les VDI ont généralement le choix entre 2 types de contrat avec leur(s) entreprise(s) de vente directe :

  • Le contrat VDI mandataire : Dans ce cas, l’entreprise vous mandate pour commercialiser ses produits et vous percevez une commission calculée sur votre chiffre d’affaires à la fin du mois.

  •  Le contrat VDI acheteur-revendeur  : avec ce contrat, vous achetez d’abord les produits avec une remise et vous les revendez ensuite au prix de votre choix, dans la limite des prix recommandés par l’entreprise.

 

Quels sont les avantages du statut de VDI ?

Mis en place en 1993, le statut de VDI à l’avantage d’être particulièrement facile d’accès avec des formalités d’une extrême simplicité.

Pour les charges par exemple, vous n’avez rien à faire ! C’est l’entreprise qui fournit les produits qui se charge de les déclarer et de les payer.

Sur le plan fiscal, le VDI est considéré comme un travailleur indépendant ; c’est-à-dire qu’il déclare ses bénéfices à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices non-commerciaux (BNC) pour les mandataires et dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) pour les acheteurs-revendeurs.

Pour effectuer cette déclaration, il vous faudra remplir un formulaire spécifique : le formulaire 2042C.

En ce qui concerne les seuils et abattements relatifs à ce statut, sachez qu’il relève du régime micro (tout comme les micro-entrepreneurs) :

  • Pour les VDI mandataires, l’abattement forfaitaire correspond à 34 % appliqués sur le montant de leurs recettes, ce qui signifie que l’Etat considère que leurs revenus correspondent à 66% du chiffre d’affaires qu’ils ont a réalisé (les 34% sont considérés comme des dépenses courantes).

  • Pour les VDI acheteurs-revendeurs, l’abattement forfaitaire est de 50 % sur les bénéfices réalisés (les 50% d’abattement sont considérés comme des dépenses courantes).

Pour ce qui est des seuils de chiffre d’affaire à ne pas dépasser, ce sont exactement les mêmes qu’en micro-entreprise soit 170 000 € pour les activités de vente de marchandises. Vous trouverez ici les seuils mis à jour.

Si vous êtes amené à dépasser ces seuils un jour, c’est alors le régime réel qui s’applique, ce qui nécessitera la tenue d’une véritable comptabilité.

Sachez enfin qu’avec ce statut, vous avez l’avantage d’être exonéré de la cotisation foncière des entreprises (CFE) si vous percevez des revenus annuels inférieurs à 16,5 % du plafond annuel de la sécurité sociale soit 6 400 € environ.

premiers pas de VDI

 

Se lancer dans la vente à domicile est une expérience palpitante, un défi passionnant que vous allez pouvoir relever à votre rythme, en vous fixant vous-même vos objectifs. Et pour avancer dans le bon sens, rien ne vaut quelques conseils avisés.

Nous vous proposons ici un premier plan d’action pour démarrer du bon pied et mettre toutes les chances de votre côté !

 

1 - Je me prépare

 

Quelle que soit la personne chez qui vous allez réaliser votre première réunion - une amie proche, un membre de la famille ou autre - il faut toujours veiller à se préparer suffisamment en amont.

Connaître la personne et se sentir à l’aise ne suffit pas. Il faut avant tout maîtriser son sujet pour s’assurer une approche professionnelle et efficace. Il vous faudra, entre autres, être incollable sur les produits que vous proposez pour répondre au plus proche des envies de vos clientes.

 

Pour cela, vous devrez d’abord construire tous vos argumentaires : ceux qui vont vous permettre de mieux vendre vos produits, mais aussi ceux qui vous permettront de séduire de futures hôtesses, voire de recruter de nouvelles conseillères (cooptation). Ces argumentaires doivent durer de 1 à 2 minutes tout au plus, l’objectif étant de susciter l’intérêt de votre auditoire et surtout de l’amener à partager ses attentes et à vous questionner davantage.

 

Pour bien présenter vos produits, vous devez tous les connaître sans exception, maîtriser parfaitement leurs principales caractéristiques, leurs prix et tous leurs avantages pour le client. Vous devez aussi vous assurer de la disponibilité de ces derniers (vérifier qu’ils soient toujours en stock).

 

Vous pouvez enfin vous préparer une liste de questions que vous pourrez poser aux participantes et les apprendre par coeur pour vous sentir plus à l’aise. Par exemple, en vue de recruter de nouvelles hôtesses : “Qui parmi vos amis serait susceptible d’accueillir une réunion de vente à domicile selon vous ? “

 

2 - J’identifie les personnes à contacter

 prise de note vdi

 

Pour décrocher vos premiers entretiens puis vos premières réunions, commencez par choisir 4 ou 5 personnes parmi vos ami(e)s, votre famille, vos collègues (si c’est un complément de revenu) et listez-les par écrit. Vous devez commencer par des personnes avec qui vous vous sentez suffisamment à l’aise et avec lesquelles vous avez l’habitude de discuter. C’est un bon moyen de se mettre dans le bain. Et si cela vous est possible, essayez de varier les tranches d’âge et les cercles de contacts pour élargir votre cible potentielle à l’avenir.

 

Après avoir réalisé vos premières réunions avec ces personnes, vous vous sentirez plus à l’aise pour élargir le cercle et pourrez commencer à développer votre réseau sur ces différentes bases de contacts.

 

3 - Je me fixe des objectifs et prépare mon plan d’entretien

 

Un bon objectif par exemple pourrait être d’obtenir 3 à 5 contacts par thème abordé lors des entretiens, à savoir : le métier de conseillère, l’accueil en tant qu’hôtesse et la découverte des produits.

Pour cela, vous devrez commencer par énoncer vos attentes de cette première rencontre.

Vous pourrez ensuite présenter votre métier, puis le rôle et les avantages qu’il y a à être l’hôtesse / hôte. Vous pourrez poursuivre avec une présentation de quelques produits pour que la personne se fasse une première idée de ce que vous allez proposer. Enfin, il ne vous restera plus qu’à vous faire recommander des contacts pour élargir votre réseau (nous y reviendrons après).

 

4 - Je planifie mes rendez-vous

 

femme telephone vdi 

Après avoir défini votre liste de contacts, vous devrez commencer par une première approche téléphonique. Appelez-les tous individuellement pour fixer des dates de rendez-vous, que ce soit chez vous, chez eux ou ailleurs.

Pour enclencher cet échange, vous pourrez commencer par informer votre ami(e) de votre nouveau job et présenter ce que vous faites avec un maximum de dynamisme et d’enthousiasme pour éveiller sa curiosité. Bien sûr, évitez de tout raconter au téléphone, car vous aurez besoin de matière lors de votre rendez-vous.

 Cela pourrait donner par exemple : “Bonjour Marie, comment vas-tu ? … De mon côté ça va super bien, je viens de démarrer un nouveau job génial dans la vente à domicile. Il faudrait que l’on se voit pour que je te présente ce que je fais ! Tu serais disponible tel jour à telle heure ?”

 

5 - Je mène mes premiers entretiens en face-à-face

 

Commencez bien sûr par évoquer votre enthousiasme pour votre nouvelle activité et décrivez précisément ce en quoi cela consiste. Pour que votre ami(e) vous pose un maximum de questions, faites en sorte d’éveiller sa curiosité.

 

Ensuite, soyez sincère et expliquez clairement ce que vous attendez de ce rendez-vous et l’objectif de votre rencontre.

Dites à votre interlocuteur que vous avez besoin de son aide pour vous lancer, mais que vous ne lui demanderez qu’une seule fois et que vous ne voulez en aucun cas l’ennuyer avec cela, ni qu’il ou elle ne se sente obligé(e) de quoi que ce soit. Cela n’aurait pas d’intérêt pour vous ni pour votre relation.

 entretien vdi

 

Après cette première explication, vous pourrez alors tester vos différents argumentaires sur le métier de conseillère, le rôle d’hôtesse et bien sûr les produits que vous proposez.

 

A chaque sujet abordé, pensez bien à demander à votre amie ce qu’elle en a pensé. Demandez-lui ce qu’elle a apprécié ou non, ce qu’elle a retenu, les arguments auxquels elle a été sensible et les précisions qu’elle aurait aimé avoir. Veillez à bien noter toutes ses remarques. Cela pourra vous être très utile pour la suite. C’est de cette manière que vous allez progresser en affinant petit à petit votre argumentaire.  

 

 Suite à cela, faites en sorte d’obtenir des recommandations. C’est le moment de solliciter votre ami(e) pour qu’il / elle vous oriente vers des contacts parmi ses relations ou sa famille. Des personnes qui pourraient avoir envie d’un complément de salaire, d’un changement de rythme de travail ou de plus de liberté et qui pourraient s’intéresser au métier de conseillère. De la même manière, demandez-lui qui parmi ses contacts, serait susceptible d’accueillir une réunion de vente à domicile en mettant en avant tous les avantages qu’il y a à être hôtesse, comme recevoir des cadeaux, organiser un moment original et convivial avec ses ami(e)s, etc. Veillez à bien noter toutes les informations et coordonnées des personnes recommandées pour avoir un maximum d’éléments au moment de les contacter.

 

Vous pourrez enfin lui demander si il / elle connaît également des personnes relais, c’est-à-dire des personnes qui, sans forcément être intéressées par ce que vous proposez, bénéficient d’un important réseau et aiment mettre les gens en relation. On n’y pense pas souvent, mais ces personnes peuvent répondre favorablement à votre demande et vous être d’une aide précieuse…

 

6 - J’élargis le cercle et trouve de nouveaux clients

 

Le premier cercle de contacts que vous allez obtenir à l’issue de vos entretiens avec vos proches et de vos premières réunions constitue une excellente base pour entamer votre prospection et élargir petit à petit votre réseau. Vous pourrez alors sortir progressivement de votre zone de confort et vous lancer en toute autonomie dans la belle aventure humaine qui vous attend. Cela peut sembler effrayant au début, mais gardez à l’esprit que chaque hôtesse a des amis qui elles-mêmes ont des amis et ainsi de suite … Cela vous ouvre donc des perspectives très larges pour l’avenir. Vous verrez alors que les opportunités de créer des contacts sont bien plus nombreuses que ce que vous imaginiez.

 

Enfin, si vos relations vous permettent de décrocher de nouvelles réunions et / ou cooptation, pensez à les en informer et à les remercier pour leur aide. De cette manière, vous gardez un lien avec vos anciens contacts et de nouvelles opportunités pourraient encore en découler … C’est un véritable cercle vertueux qui va s’enclencher.

 

Prêt(e) ? A vous de jouer maintenant !

Page 1 sur 2