blog

Focus sur le statut de vendeur à domicile indépendant (VDI)

Vous vous apprêtez à devenir Vendeur à domicile Indépendant (ou VDI pour les intimes) mais vous manquez d’informations sur ce statut ?
Bonne nouvelle, on vous explique tout dans cet article !

Qu’est-ce que le statut de VDI ?

Rattachés au régime général de la Sécurité sociale, les Vendeurs à Domicile Indépendants bénéficient des mêmes droits sociaux que les salariés.

Pourtant, les différences avec le statut des salariés sont nombreuses, à commencer par l’absence de lien de subordination entre le VDI et l’entreprise pour laquelle il travaille.

Le VDI peut d’ailleurs cumuler plusieurs contrats avec différentes entreprises de VDI s’il le souhaite.

Quand vous êtes VDI vous êtes votre propre patron et vous seule prenez les décisions quant à votre organisation. Vous pouvez choisir d’exercer votre activité à temps partiel ou à temps complet selon vos besoins et rien n’est figé dans le temps.

De même, vous n’avez ni horaires ni objectifs imposés et avancez en parfaite autonomie. Ainsi, votre rémunération dépend uniquement de votre niveau d’implication personnel.

Notez aussi que le statut de VDI peut tout à fait se cumuler avec une activité salariée, afin d’avoir un complément de revenu (à moins que le contrat de travail salarié ne l'interdise).

Sachez enfin que vous pouvez démarrer une activité de VDI en étant demandeur d’emploi et continuer, sous conditions, à percevoir vos allocations d’aide au retour à l’emploi. De cette manière, vous pouvez vous lancer sans risque et bénéficier d’une adaptation en douceur.

 

Les différents types de contrat VDI

Les VDI ont généralement le choix entre 2 types de contrat avec leur(s) entreprise(s) de vente directe :

  • Le contrat VDI mandataire : Dans ce cas, l’entreprise vous mandate pour commercialiser ses produits et vous percevez une commission calculée sur votre chiffre d’affaires à la fin du mois.

  •  Le contrat VDI acheteur-revendeur  : avec ce contrat, vous achetez d’abord les produits avec une remise et vous les revendez ensuite au prix de votre choix, dans la limite des prix recommandés par l’entreprise.

 

Quels sont les avantages du statut de VDI ?

Mis en place en 1993, le statut de VDI à l’avantage d’être particulièrement facile d’accès avec des formalités d’une extrême simplicité.

Pour les charges par exemple, vous n’avez rien à faire ! C’est l’entreprise qui fournit les produits qui se charge de les déclarer et de les payer.

Sur le plan fiscal, le VDI est considéré comme un travailleur indépendant ; c’est-à-dire qu’il déclare ses bénéfices à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices non-commerciaux (BNC) pour les mandataires et dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) pour les acheteurs-revendeurs.

Pour effectuer cette déclaration, il vous faudra remplir un formulaire spécifique : le formulaire 2042C.

En ce qui concerne les seuils et abattements relatifs à ce statut, sachez qu’il relève du régime micro (tout comme les micro-entrepreneurs) :

  • Pour les VDI mandataires, l’abattement forfaitaire correspond à 34 % appliqués sur le montant de leurs recettes, ce qui signifie que l’Etat considère que leurs revenus correspondent à 66% du chiffre d’affaires qu’ils ont a réalisé (les 34% sont considérés comme des dépenses courantes).

  • Pour les VDI acheteurs-revendeurs, l’abattement forfaitaire est de 50 % sur les bénéfices réalisés (les 50% d’abattement sont considérés comme des dépenses courantes).

Pour ce qui est des seuils de chiffre d’affaire à ne pas dépasser, ce sont exactement les mêmes qu’en micro-entreprise soit 170 000 € pour les activités de vente de marchandises. Vous trouverez ici les seuils mis à jour.

Si vous êtes amené à dépasser ces seuils un jour, c’est alors le régime réel qui s’applique, ce qui nécessitera la tenue d’une véritable comptabilité.

Sachez enfin qu’avec ce statut, vous avez l’avantage d’être exonéré de la cotisation foncière des entreprises (CFE) si vous percevez des revenus annuels inférieurs à 16,5 % du plafond annuel de la sécurité sociale soit 6 400 € environ.